Reflections on Interdisciplinary Methods for Studying the effects of Thermo-spatial Perception in the public space

Coolscapes is a research project based on an interdisciplinary approach to the thermo-spatial perception of the public space. From our point of view, understanding the manifold phenomena that influence citizens’ thermal perception requires gathering together divers disciplinary research methods. Although research fields such as microclimatology, sensory studies, environmental psychology, cognitive sciences or urban studies deal with the thermal experience outdoors and contribute to knowledge, mixing their methods can lead to new methodological designs in which “the weaknesses inherent in one method, can be compensated by making use of the other method that is assumed not to have the same weaknesses” (Deschepper et al., 2017).

How to go interdisciplinary with thermo-spatial perception without losing the scientific basis of each field? The methodological design of each field guarantees to obtain high quality ‘raw data’ and their analytic procedures. Legitimated by their own scientific paradigm, each discipline has its own concepts and criteria to assess the validity, generalizability and reproducibility of the studies (Creswell, 2007). However, as Jordheim & Grotta (2012) explain, “[r]ather than offering an escape from structures and strictures, interdisciplinarity is about adding more layers and connections – increased complexity, more topics, multiple perspectives, colliding vocabularies”.

Beyond the idealistic complementarity of the aforementioned approaches to thermal perception, an interdisciplinary approach requires a disciplinary tolerance which encourages interactions. In their paper discussing how to link numbers to perceptions and experiences, Deschepper et al. (2017) suggest four strategies helpful for us:

  1. Dominance of one: methods are basically implemented considering a prevalent disciplinary approach and assuming the other as a complement that serves to aid or to enrich the information.
  2. Sequential design: methods are connected by a succession, so the latter research works would be guided by the results first ones. This can take several orientations according to the object of the study or the scale of the studied phenomena.
  3. Concurrent designs: methods are implemented at the same time and are equally important. Inherent to this is the idea that data collected in parallel would be difficult to cross directly, but comparing two concurrent analyses of the same located phenomenon would raise new conclusions.
  4. Integrated design: two or more methods are implemented in parallel according to an interactive approach in which each method informs the use of the other methods. It involves assuming to grant concessions to disciplinary robustness in order to open new exchange points.

The degree of integration is obviously determinative to consider a study as interdisciplinary. However, according to Deschepper et al., the “full integration of methods is not a condition sine qua non to achieve high-quality studies” and each strategy for interdisciplinarity leads to different results that can be equally valuable.

On-going work: crossing methods for characterizing thermo-spatial perception in the public space.

References

Creswell, J.W. (2007). Qualitative Inquiry and Research Design: Choosing among Five Approaches. London: SAGE.

Deschepper, R., Six, S., Vandeweghe, N., De Couck, M., Gidron, Y., Depoorter, A.-M. et Bilsen, J. (2017). Linking numbers to perceptions and experiences: Why we need transdisciplinary mixed-methods combining neurophysiological and qualitative data. Methodological Innovations, 10(2), 2059799117703119. doi: 10.1177/2059799117703119

Jordheim, H. & Grøtta, V. (2012). Call for papers “Academic Demarcations: Disciplines and Interdisciplinarity”. International Conference in Oslo, September 13-14, 2012. Department of Educational Research, University of Oslo. URL: https://www.uio.no/forskning/tverrfak/kultrans/aktuelt/konferanser/demarcations/
 

Un inventaire des “dispositifs spatio-climatiques” dans le Monde

Chaque été, le nombre d’espaces dans la ville intégrant un mode de rafraîchissement augmente et nous interroge sur les formes et usages de la ville en période caniculaire. Pour mieux comprendre ce phénomène, nous tentons de le circonscrire autour de l’appellation « dispositif spatio-climatique ». Ce terme englobe les espaces urbains à usage collectif sous l’influence d’un dispositif de rafraîchissement. La notion de « dispositif » nous aide à mieux appréhender les phénomènes spécifiques à l’échelle du corps du citadin et de la micro-morphologie de la ville (Chelkoff, 2001).

Ainsi, plusieurs questions se posent sur l’adaptation de nos environnements urbains aux chaleurs urbaines croissantes : Quelle forme prend « l’espace public climatisé » ? Comment la technique de climatisation s’intègre-t-elle dans la spatialité des lieux ? Comment le dispositif va-t-il orienter ou influencer les usages du lieu ? Quels modes d’interaction entre le dispositif et le corps des citadins ? Quelle expérience de la chaleur en ville le dispositif propose-t-il ?

Dispositifs spatio-climatiques trouvés au 23/04/2019 : carte sur Open Street Map / Umap

lien à la carte en construction : http://u.osmfr.org/m/316764/

Malgré cette tentative d’encadrement, un premier travail de repérage à grande échelle nous montre que le nombre de références spatiales pouvant agir sur le ressenti des citadins en période caniculaire est en réalité illimité. De ce fait, un premier ensemble de critères a été dégagé au fur et à mesure de nos trouvailles, afin de préciser notre la définition du dispositif spatio-climatique :

  • C’est un espace public qui a pour objectif de permettre aux citadins de supporter les conditions climatiques changeantes (stratégie d’adaptation ponctuelle).
  • C’est le résultat d’une forte imbrication espace-technique-usages. Le dispositif spatio-climatique représente la technique de climatisation en soi, il s’agit bien de la spatialisation de la technique de rafraîchissement. Cette notion ne fait pas la distinction entre la technique et son effet.
  • C’est une stratégie de modification des paramètres d’ambiances climatiques qui agit sur le corps du citadin directement pour lui apporter une sensation de confort momentanée.
  • C’est une expérience urbaine qui propose un réel engagement avec le corps du citadin. Un certain degré d’immersion à l’intérieur de l’espace et du microclimat créé est nécessaire au dispositif pour être caractérisé en tant que spatio-climatique.
  • C’est un espace à usage collectif dans lequel la technique de rafraîchissement a un effet sur les comportements et les usages. Cet impact peut résulter d’une volonté mise en place par les concepteurs du dispositif ou ses commanditaires, mais aussi de pratiques spontanées des citadins.

Sur la base de ces critères, nous avons constitué un inventaire des installations de rafraîchissement et refroidissement appliquées dans l’espace public. Ce corpus de références constitue une collection d’objets repérés par différents biais avec un objectif analytique (Königk, 2013). L’étude de ce corpus large de dispositifs va permettre de constituer un échantillon d’approfondissement ultérieur selon le type d’espace collectif, le mode de climatisation, les pratiques ou les modes d’interaction.

Actuellement le corpus se compose de 188 références, réparties dans 27 pays du Monde (États-Unis, Canada, France, Espagne, Angleterre, Emirats Arabe Unis, Singapour…). Il a été renseigné par des méthodes de recherche multiples afin d’atteindre une densité et une diversité maximale :

  • Une recherche documentaire par le biais de moyens bibliographiques traditionnels et de requêtes systématiques par internet, employant des mots-clefs en plusieurs langues et appliquant les algorithmes de suggestion automatique pour élargir les sujets de recherche.
  • Une recherche de fabricants et concepteurs, afin d’examiner leurs ressources et de faire remonter des propositions d’espaces publics « climatisés » provenant la pratique quotidienne des professionnels du confort thermique.

Par la suite, nous avons procédé à la constitution de dossiers d’information permettant de renseigner d’une seule et même manière l’ensemble de dispositifs repérés. En l’absence de véritables objets matériels, l’utilisation de documents représentatifs photographiques constitue un premier indice empirique.

Dans un prochain billet, nous discuterons les critères de caractérisation que nous avons proposés pour analyser ce corpus.

Références

Chelkoff, G. (2001). Formes, formants et formalités : catégories d’analyse de l’environnement urbain. Dans Grosjean, M. et Thibaud, J.-P. (dir.). (2001). L’espace urbain en méthodes (p. 101‑124). Marseille : Editions Parenthèses.
Konigk, R. (2013). Determining selection criteria for the compilation of an interior design corpus. Dans 2013 DEFSA Conference Proceedings(p. 134‑144). Pretoria : Design Education Forum of Southern Africa.

Auteurs

Romane PETESQUE & Ignacio REQUENA

 

Identification de dispositifs spatio-climatiques

Le projet COOLSCAPES démarre par la réalisation d’un inventaire des installations de rafraîchissement et refroidissement appliquées dans l’espace public. Il s’agit de repérer des aménagements urbains et des espaces architecturaux proposant une maîtrise des paramètres climatiques agissant sur le confort des citadins en saison estivale. Ce travail constituera la base d’une veille tout au long de la recherche des nouveaux dispositifs spatio-climatiques apparaissant.

Mais qu’est-ce qu’un « dispositif spatio-climatique » ? Nous proposons cette appellation qui regroupe des espaces collectifs (domaine public ou privé) proposant une forte imbrication entre les techniques de climatisation et la spatialité des lieux. Du fait de leur insertion dans l’espace urbain, ils interrogent les règles de comportement, les pratiques sociales, les représentations culturelles, le ressenti des citoyens ou encore les esthétiques de l’espace urbain en saison chaude. Agissant ponctuellement sur la ville, ces dispositifs se sont multipliés récemment pendant la période estivale. Ils répondent à des nécessités écologiques (création d’îlots de fraîcheur urbains), sanitaires (prévention des effets des canicules), ou socioéconomiques (évènements, commerces) des villes.

Concrètement, cette appellation regroupe deux approches du confort d’été qui revêtent une importance croissante pour nos villes : d’une part, les techniques de rafraîchissement urbain par évaporation, conduction ou ventilation (brumisateurs, ventilateurs, miroirs d’eau, etc.) ; d’autre part, les techniques de refroidissement de l’air ou des surfaces utilisées dans des grands bâtiments (galeries commerciales, aéroports) et des installations temporaires (pavillons).

Ce travail sera mené par Romane PETESQUE, étudiante en double cursus architecte-urbaniste à l’ENSA Nantes, entre les mois de février et juin 2019.

 

 

 

Introduction

The COOLSCAPES blog reports on the progress of the work carried out within the ANR COOLSCAPES project on cooling devices in the public space. During the last summer periods, European cities have witnessed the proliferation of urban installations aiming at refreshing the citizens in the public space, i.e. refreshing canopies, water mirrors, air-conditioned bubbles. How do these new forms of collective microclimate-conditioning modify our urban atmospheres? From this starting question, COOLSCAPES seeks to better understand the physical, social and sensory dimensions of these places, which we will call “spatio-climatic devices”, in order to guide their future applications for adapting urban populations to climate change. COOLSCAPES is an ANR JCJC project leaded by Ignacio REQUENA at the laboratory AAU UMR 1563 CNRS/ECN/ENSAG/ENSAN.

Ce carnet de recherche rend compte régulièrement de l’avancement du travail réalisé dans le cadre du projet ANR COOLSCAPES sur les dispositifs de rafraîchissement dans l’espace public. Pendant les dernières périodes estivales, les villes européennes ont vu proliférer des installations pour le rafraîchissement des citadins dans l’espace public – ex. canopées rafraîchissantes, miroirs d’eau, enveloppes climatisées. Comment ces nouvelles formes collectives de climatisation façonnent-elles les ambiances urbaines ? En partant de cette question, la recherche vise à mieux comprendre les dimensions physiques, d’usage et sensibles de ces lieux, que nous appellerons « dispositifs spatio-climatiques », afin de cibler leurs futures applications pour l’adaptation des populations aux changements climatiques. COOLSCAPES est un projet ANR JCJC porté par Ignacio REQUENA au laboratoire AAU UMR 1563 CNRS/ECN/ENSAG/ENSAN.