Déambulations climatiques

Lors d’un séminaire d’échange entre le CSTB et les chercheurs du laboratoire AAU tenu à Paris les 21 et 22 mars 2022, nous avons proposé de produire une approche exploratoire des sequences climatiques du secteur Massena (Paris Rive Gauche).

Éléments théoriques

Deux notions théoriques que nous portons au sein du projet Coolscapes permettent de cadrer notre méthode : pico-climat urbain et dispositif spatio-climatique.

Le “pico-climat urbain” désigne les conditions climatiques à l’échelle du corps humain qui sont produites par les micro-configurations spatiales de l’espace public vécues par les citadins. Ils sont perceptibles par les variations des paramètres climatiques de l’ambiance selon des conditions d’intensité et de durée diverses (Popovic, 2017 ; Siret, 2018). Cette notion situe le corps de citadin en tant qu’acteur qui s’engage et qu’expérimente les conditions climatiques de l’espace (Jelić et al., 2016). La compréhension de l’espace public comme une multiplicité de pico-climats contribue à caractériser l’expérience thermique de la ville et discute l’unicité de la notion de microclimat. Cette expérience thermique peut être aussi bien vécue comme un gradient thermique, qui présente des situations transitoires en permanence (Kobi, 2019 ; Roesler, 2019), que comme un morcèlement thermique (Dimitriadi, 2016), qui présente des seuils et des pics sans transition de l’un à l’autre.

Le “dispositif spatio-climatique” apparait comme une consequence du pico-climat urbain. Cette notion désigne les espaces publics reconnus par une forte imbrication entre les conditions climatiques et la spatialité des lieux (Requena-Ruiz et al., 2019). Par l’articulation de ces deux dimensions, ils proposent différents degrés d’artificialisation et de conditionnement des paramètres climatiques dans l’environnement bâti (ex. température, humidité, vitesse de l’air) à l’échelle du corps par des stratégies éphémères ou permanentes (ex. des auvents de brumisation, des miroirs d’eau, des fontaines sèches montées au sol). Du fait de leur insertion ponctuelle dans l’espace urbain, les dispositifs spatio-climatiques sont des lieux dotés de qualités thermiques qui « tendent naturellement à devenir des lieux sociaux, car les gens se rassemblent pour profiter du confort qu’ils y trouvent » (Heschong, 1981, p. 64). Agissant ponctuellement sur la ville, ces dispositifs se sont multipliés dans nos villes pendant la période estivale. Ils répondent à des nécessités écologiques (création d’îlots de fraîcheur urbains), sanitaires (prévention des effets des canicules), ou socioéconomiques (événements, commerces, ressourcement) des villes. Située au croisement de plusieurs échelles et disciplines, la complexité des ambiances thermiques créées par ces dispositifs ne peut s’appréhender par des indicateurs génériques.

Méthode d’exploration

Cette méthode exploratoire a pour objectif de rendre compte des conditions climatiques dans une séquence d’espaces publics, chacun avec des conditions pico-climatiques qui sont propres au contexte spatio-temporel dont la mesure est faite. 

  1. Repérage des lieux de pause et des parcours de déambulation. Nous assumons l’hypothèse que, au-delà des axes commerciaux, les passages piétonniers qui mettent à l’écart la voiture et permettent d’introduire des éléments spatiaux qualitatifs fonctionnent comme des attracteurs pour des situations de pause. Nous avons repéré ces espaces à l’aide d’une photographie aérienne et, une fois sur place, nous avons cherché ces situations en déambulant dans le quartier, en suivant les déjeuneurs. Deux parcours ont été choisis.
  2. Mesures de paramètres climatiques en déplacement. À l’aide d’une station Kestrel 5400 et de l’application GPX traquer, nous avons mesuré les paramètres climatiques et crée des traces geopositionnées dans chacun des deux parcours repérés. Le déplacement se réalisait à faible vitesse de marche pour assurer la qualité des mesures. Dès qu’un groupe de personnes était repérait en situation de pause, la station a été posé sur un trépied dans la position d’usager et mesuré pendant au moins 4 minutes les paramètres sur place.
  3. Caractérisation de l’environnement radiatif. Chacune des situations statiques a été accompagnée d’une ou plusieurs prises de vue par thermographie à l’aide d’un appareil Flir One Pro. Loin de toute prétention d’évaluation en termes absolus, cette technique permet de comparer les températures de surface des corps dans l’espace et d’anticiper qualitativement le bilan radiatif des corps dans l’espace. Les images ainsi prises ont été traitées ultérieurement pour établir une plage de représentation des températures identique.

Matériaux récoltés

Cartographies produites pendant les deux trajets de captation / observation. Trajet 1 (bleue) et trajet 2 (rouge).
Cartographie des temperatures de l’air.
Cartographie des temperatures de globe noir.
Cartographie de humidité relative.
Cartographie des vitesses de vent.
Thermographies des points jugés remarquables dans le trajet 1.
Thermographies des points jugés remarquables dans le trajet 2.

 

Références bibliographiques

Dimitriadi, L. (2016). De « la rue des Philhellènes » à la ville climatisée. Imaginaire et conditions technologiques de l’expérience sensorielle de l’urbain. Dans Ambiances, Tomorrow (vol. 2, p. 159‑164). University of Thessaly / Ambiance International Network.

Heschong, L. (1981). Architecture et volupté thermique. Parenthèses.

Jelić, A., Tieri, G., De Matteis, F., Babiloni, F. et Vecchiato, G. (2016). The Enactive Approach to Architectural Experience: A Neurophysiological Perspective on Embodiment, Motivation, and Affordances. Frontiers in Psychology7. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2016.00481

Kobi, M. (2019). Keeping Warm in Subtropical Winter: When Everyday Life Disrupts the Concept of Hyper-Conditioned Environments in Chongqing (Southwest China). Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, (6). https://doi.org/10.4000/craup.2880

Popovic, M. (2017). Potentiel des événements climatiques à l’échelle « pico » pour l’amélioration du confort thermique piétonnier [PhD Thesis, Ecole Centrale de Nantes].

Requena-Ruiz, I., Drozd, C., Leduc, T., Rodler, A., Servières, M. et Siret, D. (2019). A Review on interdisciplinary methods for the characterization of thermal perception in public spaces. Journal of Physics: Conference Series, (1343), 6. https://doi.org/10.1088/1742-6596/1343/1/012007

Roesler, S. (2019). On Microclimatic Islands: The Garden as a Place of Intensified Thermal Experience. Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, (6). https://doi.org/10.4000/craup.2712

Siret, D. (2018, 4 juillet). Appréhender le confort thermique à l’échelle « pico » : vers de nouvelles perspectives pour l’aménagement urbain. construction21.org. https://www.construction21.org/france/articles/fr/apprehender-le-confort-thermique-a-l-echelle- pico-vers-de-nouvelles-perspectives-pour-l-amenagement-urbain.html

Stavropulos-Laffaille, X., Requena-Ruiz, I., Drozd, C., Leduc, T., Servières, M. et Siret, D. (2021). Urban cooling strategies as interaction opportunities in the public space: a methodological proposal. Journal of Physics: Conference Series2042(1), 012128. https://doi.org/10.1088/1742-6596/2042/1/012128


[1] Voir : https://coolscapes.hypotheses.org

[2] La méthode du projet Coolscapes combine des techniques de métrologie climatique d’haute précision avec l’observation passive des usages et des comportements. Voir : https://coolscapes.hypotheses.org/331



Citer ce billet
Ignacio Requena (2022, 28 mars). Déambulations climatiques. COOLSCAPES. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n4g7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.